26 juin 2017

Les Larmes noires, de Julius Lester




Année de sortie: 2008 |  Pages: 153
Collection: Le livre de poche | Genre: Drame / Jeunesse.
Résumé: « 1859. La jeune femme vit dans une plantation de coton entourée des siens et de la famille du maître, lorsqu'on la sépare de ses parents et de ceux qu'elle aime. A treize ans, elle est vendue, comme des centaines d'autres esclaves. Sarah, la fille du maître, très attachée à Emma, ne pardonnera jamais cette barbarie à son père... »

Ma note: 4/5




Un livre que je ne connaissais pas, et que j'ai emprunté au hasard au CDI de mon lycée. Je l'ai lu très vite, en à peine une après-midi.
C'est donc un livre où les dialogues prônent sur les descriptions, dans un style semi-théâtre très intéressant. Différents personnages nous font part de leurs points de vue, à savoir les Blancs, les Noirs, esclaves de tout âges, bien entendu les maîtres...

Il s'agit d'une histoire dont les fondations font parties de l'histoire américaine: le 3 mars 1859, il y a une grande enchère d'esclaves, appelé The Weeping Time. Des hommes, des femmes, des enfants dont certains en bas âges, sont vendus entre maîtres.
Dans l'histoire, il s'agit de Emma, qui, à l'âge de treize ans, est vendue par son maître, séparée de ses proches.

Comme dit plus haut, le livre a un style semi-théâtre. C'est une idée très intéressante, cela donne un très bon rythme à l'histoire, et comme dit plus haut, je l'ai fini en quelques heures ! Lester a une plume très agréable, et chacun des personnages a un caractère propre.
L'histoire en elle-même est très poignante: des humains devenus objets, des possessions, même pas traités comme des animaux, mais comme des produits... Cela m'a révolté. Emma m'a bouleversé, elle est très attachante, très mature...
Une autre chose qui m'a révolté, ce sont les explications que ceux pour l'esclavage donnent pour justifier leurs actes, cette haine injustifiée déversée sur "les nègres", comme c'est le cas dans cet extrait: "Non, la meilleure chose qui soit arrivée aux Nègres, c'est l'esclavage. Cela leur a permis de se civiliser. Enfin, autant que possible compte tenu de leur intelligence limitée."

J'ai donc apprécié ma lecture, et la recommande sans hésiter. Il s'agit d'un petit livre pas très connu mais qui mérite de l'être, un petit livre se lisant extrêmement rapidement par son écriture fluide, son rythme prenant. Ma critique est courte, la lecture remonte à début avril, j'ai donc écrit cette critique sur les points qui me revenaient. Il ne me reste qu'une petite dizaine de critiques à écrire pour être à jour.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire