20 juin 2017

Un jeu interdit - L.J. Smith



Année de sortie: 
2011 |  Pages: 633
Collection: Michel Lafon | Genre: Jeunesse / Fantastique.
Résumé: « Jenny a toujours mené une vie de rêve : des parents aimants, plein d’amis, et l’opportunité de faire tout ce qu’elle veut. Afin d’organiser la fête d’anniversaire la plus éblouissante de l’année pour son amoureux, elle décide d’offrir à ses invités une aventure dont ils se souviendront. Dans le nouveau magasin d’un quartier obscur, l’énigmatique vendeur aux yeux bleus la dirige immédiatement vers « le Jeu », une expérience unique…
Alors qu’elle construit le plateau avec ses camarades, Jenny en comprend, trop tard, les véritables règles. Ils vont devoir franchir une par une les pièces d’une demeure maléfique, affrontant au cours de ce voyage infernal leurs pires cauchemars. S’ils n’y parviennent pas avant l’aube, ils resteront emprisonnés dans la maison pour toujours.
Rester maître du jeu ou perdre la vie… »

Ma note: 1/5


Bonjour !

Je ne connaissais pas ce roman avant de le trouver dans une boîte à livre. Je connais l'auteure, L.J. Smith, pour avoir lu "Journal d'un vampire" quand j'étais jeune, et mon jeune âge a peut-être influencé le fait que j'avais apprécié ma lecture. J'avais essayé "Night world" il y a un an mais je n'ai pas du tout accroché et j'ai laissé tomber dès le premier chapitre.

« Un jeu interdit » est donc une nouvelle rencontre avec l'auteur, et cette fois, pas de vampire ! Autant vous le dire directement: ce livre n'a aucun intérêt. Je m'explique !

L'histoire est donc celle de Jenny, qui souhaite faire quelque chose d'incroyable pour l'anniversaire de son petit ami. En fuyant deux hommes qui la suivait, elle entre dans un magasin de jeu. Après avoir longuement observé le vendeur, elle lui achète une boîte blanche. En effet, sans jeu, pas de soirée réussie... Sur le chemin menant à sa maison, elle se rend compte que la boîte a une grande influence sur elle. Le soir, ses amis décident d'ouvrir cette boîte, et elle ne contient rien de plus que quelques morceaux de cartons, à savoir différents éléments à assembler pour construire une maison de poupée. Soudain, ils s'évanouissent, et se réveillent au cœur de la maison. S'ils veulent s'en sortir, ils devront atteindre le sommet avant l'aube, en faisant face à leurs pires cauchemars...
Ce livre est composé de trois tomes, avec un jeu différent dans chacun: jeu de l'oie, de cache-cache, et enfin jeu de piste. Chacun des tomes m'a fait penser à un livre ou film en particulier: par exemple le tome 1, c'est Jumanji... même si c'est une insulte pour ce film !

Maintenant place à mes ressentis ! Primo, les personnages. Totalement clichés ! On a donc Dee la combattante, Audrey la superficielle, Summer la fragile, Michael l'intello, Zach le rêveur, Tom le petit ami magnifique, et Jenny... je n'ai aucun mot pour décrire son caractère, car elle n'en a pas: Malgré qu'elle soit le personnage principal, elle n'a aucun relief, aucun caractère... rien. Un personnage entièrement plat. Bon, au départ elle était décrite comme la fille qui n'a jamais rien connu de fâcheux, ayant une vie parfaite sans encombre, élevée dans une bulle, populaire, appréciée, mais lorsqu'elle arrive dans la Maison, alors qu'elle devrait faire preuve de détermination, qu'elle devrait gagner en force, elle devient insipide.
Evidemment, puisqu'il y a une protagoniste, il faut bien l'antagoniste ! Celui-ci se prénomme Julian, un homme magnifique, d'une beauté terrifiante, des plans maléfiques pleins la tête... avant de se ridiculiser, à mon goût, en une phrase, dite à la page 67, soit quelques minutes après l'arrivée du groupe dans la maison. Cette phrase, je cite : « Je vous aime, Jenny, je suis venu vous chercher depuis le monde des Ombres ». Donc le méchant est juste amoureux. C'est également un prétexte pour que l'auteur puisse ajouter un triangle amoureux dans son histoire, enfin, triangle amoureux... pas vraiment puisque le livre est centré sur Julian et Jenny qui s'embrassent, et Tom qui est absent pendant toute la durée du tome 1, et qui n'apparaît jamais pour déranger les scènes entre l'homme de l'ombre et la protagoniste...
Je n'ai été emballée par aucun des personnages car pour moi ils sont tous autant dénués d'intérêt. Tous survolés, clichés... Aucun réalisme dans leurs actions, leurs réactions.

Secundo, la plume de l'auteur. Si je me souviens n'avoir pas été dérangée dans «Journal d'un vampire», elle m'a agacée dans ce livre-ci. L'ambiance n'est pas du tout soigné, il y a des répétitions à chaque phrase, et je ne parle même pas des réflexions dignes des cours de récrée (comme « t'es qu'une poule mouillée » !). Egalement les répétitions des caractère des personnages. Oui, bon, après l'avoir répété à chaque apparition du personnage, on sait que Zach est dans la lune alors que Dee est prête à frapper tout ce qui bouge. L'apparence physique, également: si on ne sait pas que Zach a un catogan, on ne le saura jamais : ceci est répété une bonne centaine de fois dans ce livre !

Tertio, les péripéties. Tout est prévisible, sans suspense. Evidemment, tout ne va pas se passer comme prévu, évidemment qu'ils ne vont pas rester indéfiniment dans la Maison, mais évidemment qu'en sortir ne sera pas chose aisée... cependant, même avant que le problème ne surgisse, je savais déjà comment ça allait se terminer ! Les cauchemars des différents jeunes sont clichés également, ou frôlant le ridicule (exemple: cauchemar de la chambre en désordre (????) et de se faire dévorer par un tas de poussière personnifié?). Les péripéties s'enchaînent beaucoup trop rapidement, et je n'ai pas été happée par ma lecture. Même la mort d'un des personnages ne m'a pas affecté, pas plus qu'il n'a affecté les autres personnages.

Quarto, j'aimerais revenir sur le tome 3 plus particulièrement. L'auteur a fait quelques recherches, au niveau des runes et de la mythologie nordique, mais à mon avis elle s'est arrêtée à wikipédia. Elle utilise les runes un peu à la va-vite, en citant seulement leur apparence et leur nom, et... c'est tout. Quant à la mythologie nordique et ses neufs mondes... ils ne sont cités que sur une page: « Ah bah ce monde-là s'appelle comme ça, c'est le monde de ça » puis le commentaire d'un des personnages et point final on passe à l'autre. Pas convaincue du tout, et pourtant, étant fan de légendes, de mythes et de mythologies, il est difficile de ne pas m'intéresser... mais L.J. Smith a réussi cet exploit !
Je voulais également parler de la fin du tome 3... j'ai eu l'impression que l'auteur en avait marre de son livre, qu'elle voulait passer à autre chose. Il y a donc des moments incompréhensibles, notamment au moment où ils retrouvent une de leur amis... transformé en poupée. Déjà, les personnages se sont téléportés d'une scène de torture à une pièce pleine de poupées sans explication, et la poupée reprend forme humaine on ne sait trop quand, mais c'est le cas.

J'ignore comment j'ai tenu, mais je suis venue au bout de ce pavé de 600 pages. Je pensais que le dernier tome allait remonter le niveau, mais non. J'ai réellement eu l'impression de me retrouver face à une mauvaise fanfiction écrite par une adolescente qui voulait faire le buzz en incorporant le plus de clichés possible dans son histoire. Pour moi, c'est le genre de livres à fuir: aussi insipide et sans intérêt que la protagoniste !

2 commentaires:

  1. Ah c'est dommage !
    Ce livre me donnait envie de par son résumé, mais apparemment il n'a pas l'air si bien que ça :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ma part, je n'ai pas aimé, peut-être l'aimeras-tu :)

      Supprimer