26 nov. 2017

Will & Will, de John Green et David Levithan.



Année de sortie: 2011 | Pages: 379
Edition: Gallimard (Scripto) | Genre: Jeunesse, Contemporain.
Résumé: « Will Grayson se méfie des sentiments. Les histoires de coeur portent la poisse, tout le temps. Alors quand son meilleur ami, l'exubérant, très corpulent et très, très homo Tiny Cooper, fait tout pour le fourrer dans les bras de Jane, il se dit que cette fille est jolie, marrante et sympa mais... pas du tout son type.

De l'autre côté de Chicago, un certain Will Grayson (rien à voir avec le premier !), se sent plus mort que vivant. »

Ma note: 5/5


John Green est un auteur qui me faisait de l'œil depuis quelques temps. Je voyais régulièrement ses ouvrages passer devant mes yeux, sans pour autant retenir mon regard. Ce n'est qu'en lisant divers avis sur lui que j'ai ressenti l'envie de découvrir cet auteur. Et ce fut «Will & Will» qui se glissa, en premier, entre mes mains !

L'histoire nous projette dans le quotidien de deux adolescents bien différents qui n'ont qu'une chose en commun, leur nom: Will Grayon. Le premier dont le meilleur ami Tiny transpire l'exubérance et l'homosexualité, alors que le deuxième est fou amoureux d'un jeune homme rencontré sur Internet... Je viens de voir que dans le résumé, il y a un spoil assez conséquent auquel je n'avais pas fait attention, je l'ai donc enlevé.

J'ai adoré tous les personnages:
Will Grayson, avec son côté méfiant, réfléchi. Il est un peu perdu vis à vis de ses sentiments et de ses ressentis. J'aurais préféré que les chapitres qui lui sont dédiés soient plus centrés sur lui, car j'avais plus l'impression qu'ils évoquaient majoritairement les péripéties de Tiny. Will, c'est tout à fait le genre de personnes que l'on pourrait croiser où qu'on aille.
Tiny Cooper, le meilleur ami de Will, est un personnage haut au couleurs: aussi long que large -malgré son surnom Tiny signifiant minuscule-, extravagant, attachant, adorable, extraverti, très homosexuel et qui s'inquiète du bien-être de ses amis.
Dans l'entourage de Will, il y a aussi Jane, une amie. Dès le début, elle nourrit envers lui plus que de l'amitié, et Tiny ne cesse d'essayer de les mettre ensemble. C'est un personnage envers lequel je suis resté sur ma faim, j'aurais aimé plus de précision sur sa relation compliquée avec Will.
Le deuxième will, lui, est un personnage touchant. Dépressif, associal, il voit la vie en gris sauf lorsqu'il parle à Isaac, ce jeune rencontré sur le net. Dès lors, son quotidien s'allège et il se sent vraiment heureux. Sa souffrance, son mal-être sont palpable à travers ses descriptions, ses dialogues.
J'ai eu plus de réserve avec la seule amie de will, à savoir Maura. Dans la vie quotidienne, j'ai toujours du mal avec ces personnes qui mentent sciemment pour s'incruster dans la vie de personnes qui ne souhaitent pas sa compagnie. Si bien que lorsque arrive la grande révélation, je n'ai été surpris qu'à moitié... Certes, je peux accepter qu'elle aille mal et se sente seule, mais sa manière de s'accrocher à ce point à will au point de le faire tomber plus bas m'a plus agacé qu'autre chose. J'imagine qu'il faut de tout pour faire un monde !

Les auteurs abordent pendant ces quelques centaines de pages, l'homosexualité, le coming-out, l'identité, l'acceptation, le regard de l'autre, l'amitié, l'amour, tout ceci avec beaucoup d'humour et de légèreté. Ils évoquent aussi bien les relations amoureuses que des amitiés, ou les relations parents/enfants et les non-dits. 

Ce qui m'a le plus troublé dans ce roman, c'est que les personnages sont vraiment humains. Ils ont leurs forces, leurs faiblesses, leurs armures, leurs fêlures, leurs réflexions plus ou moins réfléchies... bref, ils sont réels. Au fil des pages, les personnages s'ouvrent aux autres, gagnent en maturité, s'affirment, et ose dire à voix haute qui ils sont. Ce livre est une belle leçon de vie et d'espoir. A lire, et à relire, sans modération !

Les plumes des deux auteurs s'emmêlent et se complètent parfaitement. J'ai eu plus de mal pour les chapitres de D. Levithan écrits tout en minuscules, mais bon, c'est un avis personnel. Si la trame de base n'est pas tant originale que cela, le livre se démarque par ses personnages humains et les phrases bien tournées, écrites comme elles seraient prononcées à l'oral. Les mots sont intenses, vrais, ils prennent aux tripes et le lecteur n'en ressort pas indemne !

Le rythme est bien travaillé, si bien qu'une fois le livre commencé, je ne pouvais plus m'arrêter ! Vous avez dû le remarquer, j'aime bien mettre des petits passages qui m'inspirent pour donner envie de lire. Dans «Will & Will», je n'arrivais pas à me décider, je voulais tous les écrire et vous les partager. 

Une très bonne lecture, des personnages attachants et humains, un rythme soutenu. Le roman écrit à quatre mains m'a fait passé un très bon moment. Je le relirais sûrement !

Extraits:

« Tu sais, Phil Wrayson m'a appris un mot, un jour : weltschmerz.;C'est le sentiment d'abattement qu'on ressent quand le monde extérieur ne correspond pas au monde tel qu'on voudrait qu'il soit. Moi, je vis dans un océan permanent de weltschmerz, tu vois ? Et toi aussi. Et tout les gens qui nous entourent. Parce que tout le monde pense qu'on devrait pouvoir se laisser tomber, encore et encore, sans jamais s'arrêter, sentir l'ivresse de la chute et le souffle de l'air sur son visage, ce vent si fort qui vous sculpte un sourire dément sur les lèvres. Et ça devrait être possible. On devrait pouvoir s'élancer dans le vide toute sa vie sans jamais, jamais s'arrêter. »

« C'est pour ça que le mot "ex" se termine par un x-, j'imagine-parce que les chemins qui se croisent finissent toujours par se séparer à la fin. Ce serait trop facile le x uniquement comme le symbole de la négation, du zéro. C'est faux. Il est impossible de rayer quelque chose en le barrant d'un x. Le x symbolise la croisée des chemins et leur séparation inévitable. »

« je sens que ma vie part dans tous les sens en ce moment. comme si elle était faite de plein de petits bouts de papier et que quelqu'un venait de brancher un ventilateur. mais quand je te parle, c'est comme si le ventilateur s'éteignait momentanément. comme si les choses commençaient enfin à avoir du sens. tu me rassembles, tu fais de moi un tout, et c'est très important pour moi. »

« je hurlais encore et encore et encore, parfois juste des bruits. parfois des jurons – toutes les pires insultes que tu puisses imaginer.
moi : hmm, la liste est longue. tu as déjà hurlé « bâton merdeux » ?
ma mère : non, mais…
moi : « baiseur de nains » ?
m mère : will…
moi : tu devrais essayer « baiseur de nains ». c’est très satisfaisant. »

2 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas ce roman mais ça fait longtemps que je me dis qu'il faudrait que je découvre ces deux auteurs donc je note !
    Contente que tu ai aimé ! =)

    RépondreSupprimer
  2. Ahah, j'espère qu'il te plaira aussi ! :)

    RépondreSupprimer